Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Gabriel Féraud

Bonjour,

 

On la trouve sur le site http://www.onirik.net/Les-Perles-d-Allaya-Avis.

 

Je vous la copie-colle ici :

 

Avis de Elodie

Les Perles d’Allaya de Gabriel Féraud édité chez Mille Saisons est un roman d’héroic fantasy qui ne ressemble à aucun autre.

Rappelons pour ceux qui n’en sont pas familiers que l’héroic-fantasy est codifiée par Tolkien dans Le Seigneur des anneaux. Codifié seulement car la légende arthurienne est presque déjà de l’héroic-fantasy, mais c’est bien à Tolkien que nous devons l’apparition du genre.

Il s’agit d’un monde à la hiérarchie médiévale, dans lequel existe la magie, humaine, naturelle ou surnaturelle, ou les trois à la fois et où coexistent divers races : hommes, elfes, nains, orcs, trolls, etc. [1]

Mille Saisons est un éditeur de fantasy indépendant, car il n’y a pas que l’héroic dans la fantasy [2]. Ce genre est encore majoritairement anglophone. Ce ne sont pourtant pas les auteurs français talentueux qui manquent, la meilleure preuve en est justement le catalogue de Mille Saisons. On y trouve Gabriel Féraud, un jeune auteur dont Les Perles d’Allaya est le premier roman. Mais pour un coup d’essai, c’est indubitablement un coup de maître : comme tous les auteurs intéressants, il n’écrit de l’héroic-fantasy que pour mieux en transgresser les codes, pour le meilleur.

En effet, Les Perles d’Allaya nous ouvrent les portes d’un monde médiéval certes, mais indien, un monde hindou. Le héros de l’histoire est tout simplement le Héros, avec une majuscule, car c’est ainsi que se nomme la plus haute distinction accordée par le maharadjah.

L’Honneur est le credo du Héros, ce qui rend son Dharma bien lourd parfois. Ce Héros se lance logiquement dans une Quête, dont la majuscule s’impose aussi car ce n’est rien moins que la recherche de la relique la plus sacrée qui existe, les perles d’Allaya [3]. C’est en tant que telle, dit la légende, qu’elle a pleuré, quand les dieux marchaient encore parmi nous, et ses larmes sont ces fameuses perles que personne n’a jamais trouvées, dont personne ne sait où elles peuvent être ni même à quoi elles peuvent ressembler, sans parler de ce à quoi elles peuvent servir. Ce qui, évidemment, n’a rendu les hommes que plus déterminés à les chercher depuis des siècles.

Le Héros va-t-il répondre à ces questions, à toutes les autres, ou seulement en trouver de nouvelles, lui qui se lance dans un voyage qui le conduira bien loin de là où il pensait aller… ou est-ce au contraire précisément là où il voulait aller ?

Ouvrir Les Perles d’Allaya, c’est voyager avec le Héros dans un monde aux riches senteurs d’ailleurs, qui ravira les lecteurs avertis et férus de fantasy, car il ne ressemble à rien de ce qu’ils auraient pu lire jusque là.

Mais il emportera aussi bien avec lui les néophytes qui n’auront de cesse que de vouloir répéter l’expérience, car la fantasy est un genre dont on ne se lasse jamais.

 

[1] Bien sûr, il y a autant d’univers que d’auteurs et pas seulement d’auteurs d’ailleurs, car l’héroic-fantasy a essaimé bien au-delà de la littérature, comme en sont la preuve vivante les gamers de WHO, autrement dit les joueurs de World of Warcraft. C’est aussi un genre qui se prête très bien à la parodie dont les plus beaux fleurons sont les sagas MP3 Le donjon de Naheulbeuk et Reflets d’acide, et qui sont téléchargeables gratuitement.

[2] Ce point mérite d’être souligné, car il est bien dur dans cette jungle qu’est l’édition d’être ce qu’on appelle un petit éditeur et encore plus un éditeur français car si la fantasy, grâce à Harry Potter et à Eragon, a fait une entrée remarquée dans la « vraie » littérature, après avoir été depuis sa création au mieux considérée comme un sous-genre pour geeks – même s’ils ne portaient pas encore ce nom car la fantasy est antérieur à l’ordinateur – et est maintenant enfin reconnue pour ce qu’elle est, c’est-à-dire un genre riche et foisonnant

[3] Allaya étant la déesse principale du panthéon du roman, la sœur du dieu de la guerre - dont le Héros est le plus fervent adepte bien sûr - et la déesse de la compassion

Commenter cet article